Personnage haut en couleurs, la faconde du midi dans les veines et le regard ouvert au monde, Louise Bouriffé a "des papillons dans l’abat-jour". Elle est un peu "fadade" comme on dit dans le midi, ça veut dire qu’elle est habitée par les fées. Les fées de l’humour, de la générosité et de l’imaginaire réunies.

L’animal chantant est capable de nous faire passer près de deux heures de rire à un rythme effréné. Il ne s’économise pas sur scène et le public le lui rend bien. La performance vaut le détour. Pour résumer, avec une expression ridicule, à la mode, que l’artiste lui même affectionne tout particulièrement, et qui à elle seule condense toute la richesse, la pertinence et la puissance de l‘émotion ressentie : « Serge Llado c’est d’just Waouh ! »
Vincent Capraro - Nos Enchanteurs

Après une première vie, Albert Meslay se lance dans le spectacle en 1992.
Son talent reconnu, les médias s’intéressent à lui : une saison chez Patrick Sébastien, une chez Michel Drucker, puis trois années à France Inter au "Fou du roi".
Après plus de 300 représentations de l’Albertmondialiste, Albert Meslay cède finalement en 2016 à la tentation de la délocalisation.
Dans un souci de rentabilité et de compétitivité il a décidé, pour son nouveau spectacle, de s’entourer d’auteurs comiques issus de pays émergents…
De préférence à monnaie faible !

Si le soleil était une orange, la terre serait un grain de riz à quelques mètres et si l’univers avait un an, nous les homo-sapiens, on ne serait là que depuis 20 mn, mais est-ce une raison pour ne pas se la péter grave ? A cette question, Chraz répond catégoriquement : « Euh... je ne crois pas, euh... à moins que je ne me trompe ? ». A contre-courant du pessimisme mondial, il ne doute de rien, ni de la supériorité de la terre sur les autres planètes, ni de celle de l’homme sur les autres babouins parce que... euh... bon ! Il est sûr aussi qu’en abordant comme toujours les thèmes inépuisables de la bêtise humaine, il ne risque pas de se retrouver au chômage avant... euh... faut voir !

"Sur fond de tubes romantiques et de danses endiablées, Karine Lyachenko incarne un féminisme moderne et comique qui s’alimente des clichés pour mieux s’en défaire. Cette bombe d’humour et d’audace est dans l’air du temps, à l’heure où les femmes en mal de mâles font leur shopping sur le site adopteunmec.com et parlent plus librement de leur sexualité. C’est donc avec un style romantico-trash, toujours osé mais jamais vulgaire, qu’elle réussit pleinement à dresser le portrait de femmes qui nous ressemblent."
streetpress.com

Dessinateur de presse et auteur de BD depuis 1981. Il a publié, entre autres, dans Le Canard enchaîné, L’Express, L’Évènement du Jeudi, La Grosse Bertha pour le dessin de presse, Pilote et Fluide Glacial pour la BD. C’est pour ce dernier qu’il crée la série L’étoffe des Zéros qui donnera lieu à quatre albums. Il est à l’origine, avec Jean-Paul Sermonte, de la série Plume & Pinceau dont il est aujourd'hui le directeur de collection.

© Jean-Marc Héran | Mentions légales